1/2mv²

1/2mv²

36frite
36frite
Vidéo de skate
Publiée le le 28 janvier 2016

489 vues

La vidéo c’est pas très compliqué en fait. Il suffit juste de mettre quelque chose d’intéressant bien en face d'un capteur numérique. Sur ce coup, Pierre Colombin s’occupe des trucs cool et moi je me charge du reste (retenez bien cette formule, on va y revenir plus tard)

Depuis tout petit, je me suis retrouvé assis, mes yeux écarquillés devant des vidéos de skate.

Ce qui me plaisait le plus c’était pas vraiment les tricks, c’était plutôt les gros slow-motions, les mouvements de caméra et les fantaisies que certains réals amenaient. Parce que quand t’es gamin, tu sais pas si le skater se lance en switch ou en facky, s’il tourne en back ou en front-side (je suis presque sûr que même toi qui lit cet article tu vois pas non plus de quoi il s’agit).
Tout ce que tu vois, quand t’as 8 ans, c’est de la magie, des skates qui volent, qui tournent, c’est des jeux d’équilibre, des types qui glissent sur des barrières etc,

Dans cette vidéo, j’ai essayé de m’éloigner un peu de la traditionnelle "Trick-Visage-Trick-Timelaps-Tricks-Oiseaux-qui-s’envolent-Trick-Vidéo" qui représente 90% des vidéos de skate actuelles (par "actuelles" j’entends en 2016, si tu me lis en 2030 je suis pas sûr que mon observation tienne le coup). Ce que j’ai voulu faire, c’est me mettre derrière les yeux d’un enfant qui imagine le skate. Du coup, ne t’attends pas à voir des figures de ouf, parce que c’est pas le but; ici on rêve, on rêve de planches qui tournent et de « monsieurs » qui glissent sur une barrière. Et on revient en fait à une des raisons qui m’ont donné envie de réaliser des vidéos: essayer de montrer de belles choses aux gens et tenter de faire passer un truc.

Alors on ne va pas trop s’attarder sur le matériel mais sache juste, jeune internaute lambda, qu’on a tourné ça avec une fs700, une caméra de chez Sony qui permet de shooter à 400 images par secondes avec une qualité qui tient la route. On a aussi soigné la lumière en utilisant des Kinos Et des Dedos; deux types d'éclairage utilisés dans le cinéma. (Si l’aspect technique t’intéresse, n'hésite pas à m'écrire. Je pourrais te parler pendant des heures des mouvements de caméra, des optiques, de la lumière etc, ... Mais là, tu vois, on est dans le monde réel, et les gens normaux, la technique, ça les intéresse pas des masses).

Bref, on a tourné ces quelques séquences à la Belle Usine de Fully (vs), une ancienne usine électrique reconvertie en salle de spectacles qui nous a gracieusement été prêtée le temps d’une journée. Une fois ces 12 heures transcrites en 1 et 0 sur ma carte mémoire, il me reste le travail en post-prod où j’ai dû trier les fichiers, créer un rythme, jouer avec la vitesse et m’occuper enfin de l’étalonnage.

Je t’ai beaucoup parlé de l’image mais comme dans audio-visuel, il y a d’abord audio, let’s talk´bout the sound, motherfucker.

La vidéo est rythmée par un titre de MELODY NELSON, un groupe de la région qui a enregistré cette chanson... à la Belle Usine aussi, lors d’un live en automne 2015. On se retrouve donc avec une belle cohérence imprévue entre le son et l’image car le choix de la musique s’est opéré après le tournage. Comme la caméra n’enregistre pas l’audio, tout ce que tu peux entendre est réalisé en post-prod. C’est ce qu’on appelle le Sound Design (Si ça t’intéresse tu peux retrouver quelques infos sur cette étape ici ) .

1/2mv² est une formule physique permettant de calculer l'énergie d'un corps en mouvement (on appelle ça l'énergie cinétique). Elle est étroitement liée à la vitesse. L'avantage de filmer avec des cadances d'images élevées, c'est de pouvoir ensuite réduire la vitesse et ralentir le réel, faisant ainsi apparaître cette notion d'énergie que l'on retrouve visuellement en observant les corps (ici le skate) se mouvoir dans l'espace. Bon, c'est aussi pour me la jouer scientifique et vous faire croire que je connais des truc, mais on va vite passer la-dessus.

Alors voilà, on a fait un peu le tour. Dans ma petite intro je te raconte que Pierre Colombin s’occupe de la performance et que moi, je me charge du reste. C’est à moitié vrai parce que tout seul je n’aurais pas pu aller au bout de ce projet. Je voudrais donc faire un petit clin d’œil à Nathan Ouellet pour le Sound Design, MELODY NELSON (Lucas Maret, Mathis Pante, Arthur Vocat) pour avoir habillé mon montage avec leurs syntés et Lévitation pour le soutien dès mes débuts dans le skate.

Petite pensée aussi à l’équipe de la Belle Usine pour les lieux, Vertical pour les modules, l’Eracom pour le matos et à tout ceux qui ont participé de près ou de loin à cette vidéo.

Du coup, même si je déconne pas mal dans cet article, je voulais juste coder ces quelques lignes pour remercier ces types sans qui ce délire n'aurait pas été possible. !

Guillaume Darbellay

Vidéos associées