Aiguille de l'Epaisseur à VTT - 3230m - S06E14

Aiguille de l'Epaisseur à VTT - 3230m - S06E14

scolette
scolette
Vidéo de vtt
Publiée le le 06 août 2012

1 158 vues

Ce matin le ciel était très clair en maurienne... jusqu'à St Michel ou une énorme barrière de nuages épais annonçait la couleur : ça ne sentait pas bon du tout. Alors que côté Grand Perron des encombres, le soleil luisait déjà, côté Galibier, ça faisait peur. J’ai hésité un instant, puis j’ai pris la route de Valloire. « Tant pis, on verra bien là-haut ». Une fois à Bonnenuit, vers 07h30, les nuages avaient fait place à du brouillard. J’attaque dans la montée et j’arrive très rapidement au refuge des aiguilles d’Arves. Je me prépare pour le portage (2265m -> 3230m) et c’est parti pour 2h15 de marche. J’avais pris mes bâtons de skis de rando, pensant que cela me soulagerait à la montée. Mais je crois avoir fait une erreur. Ils sont plus embêtants qu’autre chose Mon système de portage « sac à dos » du VTT fonctionne bien : les 2 mains libres, pas de douleur sur les épaules, ni dans le bas du dos, je monte quasi 500m/h. Un groupe de 3 personnes me rejoint vers 2600m d’altitude. Le terrain herbeux sur lequel se trouve le chemin de montée, fait place petit à petit à des cailloux genre champ de mines. Le sentier est très repérable et il n’est pas trop difficile de suivre le bon parcours. A l’altitude 3150m, je pose mon VTT car la suite c’est une explosion de caillasses genre carrière à ciel ouvert. La fin de la montée se fait même au galop car le poids du Ransom en moins me donne des ailes. 2h15 après avoir quitté le refuge, me voici au sommet. Toujours ce brouillard et ces nuages !! On arrive tout de même à distinguer le mont blanc, la barre des écrins et les 3 aiguilles… très impressionnantes.

Le retour a été assez rapide et la partie rocher est praticable à 70%, la suite jusqu’au refuge : 90%
Le retour à Bonnenuit se fait sur un bon rythme et sur un parcours très intéressant.
Au final, une matinée en haute-montagne qu’il me tarde de rejoindre sur d’autres secteurs. Même si la descente quelque peu trialisante ne rivalise pas le grand perron, ce parcours mérite d’être réalisé une fois. Quant aux panoramas, malgré les nuages, c’est le bonheur total.

Vidéos associées